Bye bye Canon

 

Ce texte assume que vous vous y connaissez un minimum en photographie. Je ne donne pas d’explications donc si ce texte un peu plus technique ne vous intéresse pas, vous pouvez passer votre chemin ! Je reprends les récits de voyage très bientôt ! 🙂

Voilà plusieurs mois que j’envisageais de changer de modèle d’appareil photo. Mon Canon 5d Mark II, bien qu’excellent, commençait à se faire un peu vieux. Cela étant dit, cette raison n’était pas suffisante pour le remplacer. La raison qu’il me fallait, je l’ai eue au Népal…

Pourquoi ?

C’est la première chose à se demander à chaque fois que vous prenez une décision financière en photographie. Si vous n’êtes pas capable de justifier un achat, c’est simple ne le faite pas. Par exemple, je suis bloqué avec un kit complet de flash studio dont je ne me suis servi que deux fois dans ma vie et que j’essaye de revendre en ce moment…

D’ailleurs, un très bon ami m’a donné un super conseil quand j’ai commencé à faire de la photo, et que je garde toujours en tête. Ce qu’il me disait, c’est que ce sont les frustrations engendrées par le manque de matériel qui vont le mieux déterminer nos besoins. Je vous mets au défi de n’utiliser qu’un seul appareil et une lentille fixe, comme une 50 mm, pendant plusieurs mois et vous comprendrez ce que je veux dire.

Pour moi, ma gamme de lentille et d’appareil répondait très bien à mes besoins pour le type de travail que je fais*. En revanche, ma frustration vient de quelque chose qui a beaucoup d’importance pour moi : mon dos. Eh oui, rien de tel qu’une semaine de trek dans l’Himalaya pour bien se rendre compte à quel point du matériel trop lourd peut vous ruiner la santé (et votre voyage). J’ai non seulement mon excuse pour changer de modèle, mais aussi de marque… Car oui, si je veux garder une qualité d’image tout en perdant du poids, il n’y a pas 36 solutions : je vais devoir me prendre un appareil hybride.

*Pour rappel, mon travail consiste essentiellement à des reportages, des portraits et de la photo de paysage. En somme toute, je n’ai pas besoin de boitiers qui prennent des rafales à 14 images/seconde ou monter à 300 000 ISO.

Ce que je veux de mon nouvel appareil  

Bien évidemment, la première chose que je veux, c’est du matériel moins lourd. Mon ancien équipement revenait à 3.4 kg au total. Même si je ne le prenais pas toujours au complet, cela restait assez lourd. D’ailleurs, lors de ma journée à Hong Kong, je n’ai amené que mon Fuji X100 pour explorer la ville. Cela s’est avéré être une excellente idée.

Moi avant mon changement de matériel

Moi avant mon changement de matériel

Cependant, étant donné que je vais devoir quand même investir un peu d’argent (pas tant que cela grâce à la revente de l’ancien matériel, mais quand même) j’ai quelques conditions avant de faire le pas. Heureusement que je ne suis pas trop difficile.

Qu’il soit neuf

Je suis rendu à un point dans ma carrière, où je ne peux plus me permettre d’acheter du matériel d’occasion. Imaginez que celui-ci me lâche lors d’un moment important. Le matériel d’occasion a été une bonne option pendant 3 ans, mais ce n’est désormais plus envisageable. L’autre avantage est l’accès à des garanties de matériel et aussi l’intégration aux services professionnels qui donnent accès à la location simplifiée de matériel de la marque. Ce service requiert un investissement minimum cela dit.

Que j’ai accès à un bon choix de lentilles

La lentille est la partie la plus importante dans l’équipement. Une gamme de lentilles variée est très importante. Il en va de même que la qualité des lentilles. Canon faisant de l’excellent travail sur sa série L et il était hors de question pour moi de régresser sur ce point.

Qu’il soit équipé de bonne technologie

La Canon 5d Mark II est sortie il y a maintenant 9 ans. En allant vers un modèle sorti entre 2014 et 2015, je m’attends à ce que le nouvel appareil fasse tout ce que la 5d II faisait, mais en mieux !

Comme vous le voyez, il ne va pas être difficile pour moi de trouver quelque chose qui fera mon bonheur. La beauté dans tout cela, c’est que j’ai trouvé, non pas un, mais deux appareils correspondant à mes attentes !

Les choix

Deux appareils se sont détachés du lot. D’un côté, nous avons l’Alpha 7ii de Sony et le XT-1 de Fujifilm. Je n’ai aucune allégeance à ces marques, mis à part Sony et sa Playstation (si vous me parlez d’xbox, nous ne sommes plus amis haha).

23_35

Ces deux appareils possèdent tous les deux une gamme d’objectifs qui répond à mes besoins. Fujifilm a l’avantage dans ce domaine, mais Sony a  des adaptateurs permettant d’utiliser presque n’importe quel objectif ! En allant avec n’importe quel système, je suis assuré de perdre pas mal de poids et gagner de l’espace dans mon sac et avoir quelques petits bonus comme le WiFi ou l’écran qui bouge.

Récapitulons les forces et faiblesses de chaque système

Le Sony a7II

Avantages
  • Stabilisation 5 axes dans l’appareil (qui permet d’utiliser de donner la stabilisation à toutes les lentilles)
  • Meilleure capacité vidéo
  • Choix d’objectifs quasi — infini
  • Viewfinder de la mort
  • Fullframe*
 Inconvénients
  • Prix
  • Poids (par rapport au xt1)
  • Objectifs Sony ouvrant seulement à F/4

Le Fuji XT-1

Avantages
  • Prix
  • Poids
  • Qualité d’image de la mort (oui, oui. J’y reviens plus bas)
  • Sensibilité ISO de la mort
  • Très bon parc optique
Inconvénients
  • Très faible en vidéo
  • APSC*

On vend tout !

La première étape a été de vendre mon équipement. En Amérique du Nord, nous avons les sites de ventes en ligne Kijiji ou Craiglist. Grâce à eux, j’ai réussi à vendre 90 % de mon équipement en l’espace de 5 jours.

À mon avis, il est bien plus intéressant de tout vendre soi-même à d’autres particuliers que de passer par un magasin photo. La seule chose à avoir à l’esprit est l’arrivée des contrats photo. Il faut être prêt à dans un état de pause pendant la période de vente. Pour ma part, j’ai prévu 1 mois de jeu.

Et le gagnant est… !

Pendant la majorité du temps (pour ne pas dire la quasi totalité), je m’étais préparé à aller vers le Sony a7ii. Mais à la dernière seconde, le X-T1 a réussi à devenir l’élu de mon cœur. Que s’est-il passé ? Tout d’abord, en allant dans un magasin photo, j’ai été extrêmement surpris que la totalité de l’équipe me conseille d’aller avec le X-T1 plutôt que le a7ii. Je ne suis pas un vendeur professionnel, mais d’instinct je me dirais que vendre le a7ii qui coute 500 $ de plus serait économiquement meilleur. Mais non, on me recommandait, et de loin, l’appareil le moins cher. OK, peut je dois reconsidérer mon choix.

XT1-1

J’ai réussi à trouver le xt-1 édition graphite d’occasion (avec 20 clics) et sous garantie avec l’excellent 35mm f/1.4 pour seulement 1800$ me permettant d’économiser 920$ !!!

J’ai ensuite commencé à faire plus de recherche sur ce sujet et ai même trouvé des comparatifs sur YouTube montrant que le X-T1 arrivait à produire des images de meilleure qualité que… tenez-vous bien… le Sony a7R ii !!!

Ce qu’il manquait pour aller chez Fuji était l’avis d’un photographe. Ça tombe bien, je connais un des Fuji X-Photographers. En plus d’être un bon ami et surtout un photographe pour lequel j’ai énormément d’admiration, Renaud Philippe a été comme moi et a vendu son Canon 5d mark II pour aller chez Fuji. Renaud qui a exposé plus qu’une fois, m’a rassuré sur un point qui préoccupe beaucoup les photographes : le passage du Full Frame à l’APSC. C’était bon d’entendre cela de sa part. Le photographe Zack Arias avait fait une vidéo sur ce sujet, mais à mes yeux il avait perdu toute sa crédibilité en faisant de la pub pour Fuji à la fin de la dite vidéo…

Et les objectifs dans tout cela ?

Pour ce qui est des lentilles, ce changement de marque est l’occasion parfaite pour réadapter ma gamme d’objectifs et mieux cibler mon utilisation. Pour cela, je suis allé chercher quelques statistiques sur Lightroom afin d’avoir des données objectives de l’utilisation de mon matériel. Les résultats sont sans appel : la 50 mm est ma focale préférée, même si là je n’apprends rien.

Tout ce dont j'ai besoin est ici !

Tout ce dont j’ai besoin est ici !

En revanche, ma lentille la plus utilisée est clairement, ma 16-35mm, ce qui est normal puisque c’est un zoom. Pour ce qui est de mon téléobjectif, je ne m’en sers que très rarement. Cette année, je m’en suis servi que quelquefois. Le chiffre peut sembler élevé, mais la raison est que pendant un reportage au Népal, je m’en suis servi 75 % du temps et que je n’ai pas encore trié / supprimé les photos. Une fois les photos (moins bonnes photos/doublons, etc.) enlevées, je suis sûr que je le chiffre 2 à 3 fois moins important.

La longueur focale qui m’a surpris et que vous pouvez voir sur le tableau est la 85 mm où j’ai pris pas mal de photos avec cette année. Par conséquent, en étant capable de shooter à 16 , 35 , 50 et 85 mm, je couvre presque près de 90 % de mes besoins ! Pour les 10 derniers %, je pourrais emprunter le matériel le moment venu ou acheter l’objectif adéquat, mais ce n’est pas du tout urgent.

Screen Shot 2016-01-18 at 2.28.08 AM

Au final, après consultation de Renaud, mais aussi de Guillaume Flandre (un autre X-Photographers qui a été interviewé sur Phototrend il y a pas très longtemps). Il m’a été très vivement conseillé d’aller avec des lentilles fixes plutôt que les zooms. Ainsi, vous allez découvrir quels seront mes choix plus tard, mais vous vous doutez que les 23 mm (35 mm en FF) et 35 mm (50 mm) font déjà partie de mon sac !

Voilà ce qui finit mon changement de marque. Je voulais faire ce petit article pour mes confrères photographes. Je reviendrais dans quelques mois pour parler de mes impressions. Je trouvais que le processus était intéressant.

Ps: Et le poids dans tout ça ?

Une fois tous les objectifs achetés ainsi que le deuxième boitier, mon équipement sera 50% moins lourd, en passant de 3.4kg à 1.7kg ! Ce poids est basé uniquement sur celui des boitiers et des objectifs, mais je dois gagner un peu plus car les batteries et autres accessoires sont moins lourds aussi.

Quoi qu’il en soit, bye Canon… et bonjour Fujifilm !