Confessions d’un procrastinateur

J’ai légèrement effleuré le sujet lors d’un précédent texte. Cela étant dit, je trouve que la réflexion aurait pu être un peu plus poussée. Cette période de fin/début d’année a été l’occasion de faire plus qu’un bilan, mais aussi une introspection. Celle-ci avait déjà commencé en Islande deux mois plus tôt.

 

La constatation

Ce que je constatais dans mon texte, c’est que, en 2016, j’ai tout fait à moitié. Ce n’est pas une façon déficit de voir les choses, je ne cherche pas non plus à attirer votre sympathie. J’essaye de prendre du recul sur ma situation et voir ce que je peux améliorer. Dans le texte, je blâmais en partie mon emploi qui me bouffait mon temps et mon énergie. Mais je ne vous ai pas tout dit.

Un des autres problèmes, que j’ai, touche à ma concentration. Il m’est devenu extrêmement difficile de me concentrer sur une tâche plus de cinq minutes. D’ailleurs, le type de tâche dont je parle est plus par rapport aux tâches intellectuelles.

Je ne pense pas être le seul dans ce cas là d’ailleurs. Je n’ai pas de chiffres sous les yeux, mais je suis prêt à mettre ma main au feu que le nombre de personnes diagnostiquées de troubles de l’attention a explosé.

En tant qu’ancien serveur, je peux vous dire qu’il arrivait plusieurs fois durant mes heures de travaille de tomber sur des clients qui prenaient plus de 30 minutes à décider de commander parce qu’ils étaient bloqués sur leur téléphone ou qui mettent trop de temps à faire leurs opérations sur les lecteurs de cartes, car ils sont en train de regarder leurs réseaux sociaux.

La raison ? La source accrue de distractions. J’ai d’ailleurs lu récemment un article sur le sujet. Celui-ci citait une étude du Journal of Experimental Psychology qui disait que recevoir un message entrainait une perte d’attention, l’augmentation d’erreurs et engendrait même du stress.

Ces distractions affectent ma productivité sur mon blog, sur la production de reportages, sur la façon dont je gère ma carrière, bref sur tout. Et non, je ne compte pas aller voir un médecin pour avoir des médicaments, je ne pense pas être au stade de maladie.

 

 

La solution

L’idée est tout « simplement » de réduire les distractions. Le photographe Zack Arias donnait une image assez bonne de cette démarche. Il disait qu’il fallait « réduire les bruits et augmenter les signaux (less noise, more signal). Bien évidemment, il ne parlait pas de réseau téléphonique. Ce qu’il veut dire par là, c’est qu’il faut réduire les distractions (bruits), pour mieux entendre les messages qui ont de l’importance (signaux).

Soyons honnêtes, c’est plus facile à dire qu’à faire et je pense que ça ne peut pas se faire du jour au lendemain. La raison : les mauvaises habitudes.

 

Place à l’action

Voilà proche de deux mois que j’essaye de réduire ces distractions le plus possible. Pour cela, j’ai décidé de faire les choses suivantes

Plus de notifications

J’ai désactivé toutes les notifications sur mon ordinateur, mon téléphone et ma tablette. Ces micro-interruptions suffisent pour détourner notre esprit de la tâche en cours.

Email et Facebook une fois par jour

J’avoue encore travailler sur ce point. J’essaye de ne regarder mes emails et autres réseaux sociaux qu’une fois par jour ou au moins quand je ne fais rien. Je laisse mon téléphone dans mon sac et le mets en mode avion quand je prends des photos.

Plus de commentaires ni de stats

Vous aurez peut-être remarqué, mais j’ai désactivé les commentaires sur le blog. Vous ne le voyez pas non plus, mais j’ai aussi caché les statistiques du site. Ces deux aspects que l’on croit importants sont en réalité contre-productifs. En cherchant à augmenter les stats du site, je commençais à perdre de vue le principal : bloguer pour le plaisir et aussi pour partager. Ça m’était déjà arrivé avec mon tout premier blog et je ne veux absolument pas que ça recommence

Bien évidemment, je vais continuer de regarder les stats, mais pas plus qu’une fois par mois. Le but est de savoir quels textes ont suscité le plus d’intérêt. Je dois cette idée au photographe Eric Kim. Rendons à César ce qui revient à César.

 

 

Je raffine mes lectures  

En gros, je ne lis plus aucun test, aucune nouvelle en ce qui concerne le matériel (je ne vais plus faire du lèche-vitrine sur Amazon). En revanche, j’essaye de lire plus sur les grands noms de la photographie et tout autre bon photographe. J’en reparlais plus tard, mais je crois vraiment que l’apprentissage de la photographie à travers les livres n’est pas à négliger. Après tout, vous êtes ce que vous mangez.

Et enfin

Pour me faire violence, j’utilise aussi l’application Freedom. Ce service propose de bloquer votre connexion internet et même d’ouvrir certaines applications. Aux grands maux, les grands moyens. Le truc cool est que vous pouvez décider vous même de la période et planifier des périodes hors ligne. Cela peut être aussi bien 20 minutes que 8 heures (au grand max). Je me suis acheté un abonnement d’un an pour 17 $ US, je trouve cela honnête. Je ne vous dis pas non plus de faire la même chose que moi, je sais juste que la discipline n’est pas mon fort. Peut-être que dans un an, je n’en aurais plus besoin une fois les habitudes bien installées.

Il faut que je les prévienne de ce bug haha

Je reviendrais vous parler de tout ça un peu plus tard, mais pour le moment je commence à voir des effets positifs : capables de produire pas mal plus de textes pour le blog et plus de photos. C’est vraiment difficile de se reprogrammer à ne faire qu’une seule chose à la fois, mais je pense que ça commence déjà à porter ses fruits. En tout cas, je suis très curieux de voir comment vous luttez contre.