De retour au Maroc

Voilà presque 7 ans que je n’étais pas rentré au Maroc. Ce pays a toujours eu une place spéciale dans mon cœur à cause de la relation amour-haine que j’ai toujours eu avec. Il a souvent été difficile pour moi de m’y rendre à cause de ma culture française. Comme vous pouvez vous en doutez avec ma tête et mon nom, ce pays est celui de mes parents. Je précise ça maintenant parce que ma situation est assez particulière quand je suis en visite. Je ne vais pas rentrer dans les détails puisque pas mal de situations vont venir illustrer mes propos et vous allez vous en rendre compte assez facilement…

Agadir (3 of 17)

C’est après cette courte introduction, teintée d’émotions en tout genre et de suspens, que je vais vous parler de ce petit voyage. Le pays a eu le temps de beaucoup changer, mais j’en parlerais dans un autre texte. J’ai aussi moi-même beaucoup changé puisque, depuis la dernière fois que je suis revenu, j’ai découvert la photographie. Pas besoin de revenir sur le fait que cette pratique est devenue une composante importante de ma vie, mais il est clair que mon regard sur le monde a beaucoup changé à cause de ça. C’est donc intéressant de revenir sur des lieux familiers et les voir d’une manière relativement différente.

Première étape : Agadir

À peine arrivés à 22 heures à Marrakech, nous partons pour rejoindre la famille de mon père au sud à Agadir. En arrivant à l’aéroport, nous avons quand même eu le temps d’avoir des problèmes avec les douaniers. N’ayant pas l’adresse de mon père à portée de main, les douaniers n’ont pas voulu nous laisser passer. En soi, ce n’était pas ça le problème puisque j’avais l’adresse quelque part sur mon ordinateur. Là où les agents ont décidé d’être stupides (appelons un chat un chat), c’est qu’ils refusaient de me parler en français, mais uniquement en arabe ! Vous allez me dire qu’ils ne parlaient peut-être pas français, et bien si, puisqu’ils s’adressaient à ma copine en français qui était juste à côté de moi… Bref, on quitte Marrakech. Première nouveauté : une autoroute relie la ville à Agadir. Maintenant ça prend environ 2heures contre les quatre de l’époque. L’autre avantage est que cette voie est un million de fois plus sécurisée que celle qui passe au bord des falaises et où ne peut pas prendre le risque de doubler qui que ce soit. Sur l’autoroute nous avons même pris le luxe de nous arrêter pour que je prenne cette photo de l’Atlas de nuit.

Agadir (1 of 14)

Après une petite nuit sommeil, nous partons à l’attaque de la ville. Étant en hiver, la vie nocturne n’est pas à son meilleur. En été, on peut trouver du monde dans les rues à deux heures du matin sans problème. Au moment où on s’y trouve, dès 19h on peut considérer qu’il n’y a plus grand-chose à faire. La matinée a été marquée par une nouvelle inattendue : deux malades mentaux se sont introduits dans les bureaux de Charlie Hebdo et vous savez autant que moi ce qu’il s’est passé ensuite… Le journaliste en moi criait de prendre un billet d’avion et de rentrer tout de suite pour couvrir ces évènements, mais je me suis retenu et considérais que j’avais un manque de “chance”…

Agadir (4 of 14)
Agadir (9 of 14)
Agadir (5 of 14)
Agadir (3 of 14)
Agadir (2 of 14)
L’après-midi a été un peu plus sympa avec les visites du fort ayant vue sur l’ensemble de la ville. Par la suite, une petite séance de d’achats dans le souk. J’ai malheureusement été surpris de voir la réaction des personnes face à mon appareil. Je ne me cachais pas et essayait de ne pas avoir une attitude négative. Malgré cela, la réponse n’était pas seulement négative, mais un peu agressive. Semble-t-il que les commerces avaient peur qu’un photographe fasse fuir leurs clients. Le souk Al Had d’Agadir est considéré comme étant le plus grand d’Afrique. C’est simple, on y trouve de tout ! Les prix restent un peu chers pour la population moyenne qui préfère aller dans un autre marché. Heureusement que ma tante et ma cousine nous accompagnaient pour éviter que l’on se perde et surtout négocier les prix !

Agadir (10 of 14)

Agadir (11 of 14)
Agadir (12 of 14)
Agadir (13 of 14)
Agadir (14 of 14)
Les Cascades d’Imouzzer, la petite gemme cachée

Je m’y étais déjà rendu, mais j’avais impatience de retourner aux Cascades d’Imouzir. Cachées au milieu des montagnes, il faut savoir ce que l’on cherche pour les trouver. C’est impossible de s’y rendre sans voiture et le trajet prend environ deux heures depuis Agadir ; les cascades sont à moins de 70 km, mais à cause de la petite route pour s’y rendre cela prend plus longtemps. Le chemin vaut assez le détour à tel point que j’ai plus préféré m’arrêter au bord de la route que les cascades en tant que telles ! Comptez près d’une journée pour l’aller retour + la visite. Aussi, n’oubliez surtout pas de faire le plein d’essence parce qu’il n’y a pas de stations-service entre Agadir et les chutes d’eau ! En hiver, les lieux sont assez calmes. En Été on peut s’y baigner et sauter du haut puisque le bassin est très profond. Les locaux proposent même de sauter du sommet contre une petite somme d’argent.

Agadir (12 of 14)
Agadir (11 of 14)
Agadir (3 of 14)
Agadir (6 of 14)
Agadir (1 of 1)
Agadir (9 of 14)
Agadir (13 of 14)
La semaine prochaine on fera la moitié Nord du Maroc ! Je me rends compte que les articles deviennent assez longs avec les quelques photos que je mets donc ce cas je vais répartir ça sur trois articles au lieux de deux. Perter Jackson serait fier de moi. Alors je vous dis Au revoir dans la langue qui est la mienne et pas celle de mes parents : Au revoir !