Débarquer à l’improviste en Chine

Nous sommes donc en été 2010, je finis à peine ma licence en relations internationales à l’Université de Montréal. Plutôt que d’entamer une maitrise d’entrée de jeux, d’autant que je ne savais pas vraiment ce que je voulais faire de ma vie, partir en voyage semblait être pour moi la suite logique. C’est donc avec mes deux compères de français que nous décidons de partir en Chine pour y effectuer nos stages de fin d’études. Ce voyage a été ponctué d’aventures dont l’ingrédient principal a été le grand n’importe quoi et l’improvisation totale.

Voyage Asiatique 2

Bien que le voyage devait s’étaler sur plus d’un an, il a malheureusement avorté pour moi après seulement 6 mois… Mais pour le moment intéressons-nous à la partie la plus cool : mes trois mois en Chine !

Premier défi : arriver à bon port

Je pense que mes deux partenaires de crime, Rémy et Pascal, acquiesceront quand je dirai notre arrivée est très représentative du reste du voyage. Nos stages devaient s’effectuer dans la gentille bourgade sympathique de Qingdao. C’est de cette ville dont provient la bière chinoise que vous buvez (on comprend mieux d’ailleurs quand on sait que la ville est un ancien comptoir commercial allemand).

Mis à part la ville, le stage que nous effectuerons et la famille chez qui on allait rester, on n’avait vraiment aucune information. Malgré tout, nous avons décidé de rester une journée à Pékin afin de nous diriger pour Qingdao grâce à un vol en après-midi le lendemain de notre arrivée.

Le vol Paris-Pékin s’est fait avec une escale de 8 heures à Moscou. Nous sommes arrivés là-bas vers 1-2 heures du matin. Dans l’idée nous voulions faire un aller-retour sur la place rouge et peut-être prendre un café avec tonton Poutine;  probablement le mec le plus sympa de la terre. Cela dit, on n’a pas vu qu’il nous fallait un visa pour la journée. De plus, l’attitude de la très agréable dame des douanes nous a dissuadés de ne rien tenter de stupide. Nous sommes donc restés les 8 heures à l’aéroport, sans WiFi et sans climatisation : je précise cela parce qu’il faisait au moins 40 °C à cause d’importants incendies qui ravageaient la Russie.

C’était donc déjà pas mal fatigués et soulagés que nous prenons notre vol pour Pékin. Et c’est à 2 heures du mat heure locale que nous débarquons. Les bagages de Rémy étant restés à Moscou, nous devons rester pour qu’il remplisse les papiers et c’est donc à 3 h que nous quittons l’aéroport qui est anormalement vide ; il n’y avait même pas de gardes ! Le premier pas dehors fait assez mal : il fait encore un autre 40 °C, mais celui-ci est beaucoup plus humide. Bon, il nous reste plus qu’à trouver un endroit où dormir !

– Y en a un de vous qui sait comment se rendre en ville ?
– Ben non. 

– OK, quelqu’un a amené un plan ?
– Ben non. 

Nous voyons des bus et nous décidons de prendre le premier qui part. Étant donné que nous sommes complètement paumés, nous visons le seul endroit que l’on connaît : la Place Tian an Men. Le bus nous dépose à la gare Centrale de Pékin et nous prenons un taxi. Nous connaissons, nous aurions probablement essayé de nous y rendre de la façon la moins chère possible, mais nous sommes exténués et on ne sait toujours pas si l’on va devoir dormir dehors.

Arrivés sur Tian men, un spectacle hors du commun s’offre devant nous : des milliers de personnes dorment dans la rue à même le sol.

Pékin-7

« Y’a genre un événement spécial demain ? »

« Aucune idée »

Nous avons donc assumé qu’il y avait la fête nationale le lendemain, mais nous apprendrons plus tard que c’était la chaleur qui forçait les habitants à dormir dehors où il y avait un semblant de brise. Après avoir pris des photos avec tonton Mao, un autre mec super sympa. Nous partons à la recherche d’un endroit avec un lit et une douche. La cité interdite est un énorme rectangle que nous décidons de longer par la gauche. Et où sont les hôtels selon vous ? Ouais… Nous avons donc mis 4 h pour finalement trouver un hôtel et où joie on rencontre une guide française qui nous aide à obtenir une chambre et n’hésite pas à nous faire la morale, que l’on avait bien méritée, au passage.

 

 

24 heures à Pékin

Après voir prit la meilleure douche de notre vie et au lieu de nous reposer, nous décidons d’explorer la ville. Étant donné que nous sommes proches de la Cité interdite, pourquoi ne pas la visiter ? C’est rendu sur place que nous nous sommes rendu compte cela n’allait pas être possible avec les 2-3 heures d’attentes sous 40 °C.

Pékin-8

Nous décidons donc d’explorer la ville sans trop savoir où aller. Avec un peu de chance, nous tombons sur le centre des affaires avec 2-3 trucs à voir. Mes deux compères, grands fans de sports décident que nous devons aller voir le stade olympique. Nous essayons de prendre 2 taxis qui, on ne sait pour quelle raison, refusent de nous prendre. C’est donc direction en métro que l’on tente de s’y rendre. Arrivés à la station que nous pensons être la bonne, nous demandons notre chemin aux locaux. Une constatation est de mise : soit les habitants de Pékin ne savent pas lire une carte, soient ils ne connaissent pas du tout leur quartier.

Quoi qu’il en soit, c’est après un bon 1 h 30 plus tard que nous arrivons. La visite a été très décevante et c’était assez triste de voir ces grandes structures complètement vides. Les J-O, créateur d’emploi temporel. Cela dit le nid d’oiseau reste quand même assez fréquenté. Nous ne rentrons pas, puisque nos corps commencent à lâcher. Nous prenons un taxi et nous nous effondrons comme des masses dedans. Il aurait pu faire un détour de la mort, on ne s’en serait pas rendu compte.

Pékin-9

Nous décidons donc de prendre une petite sieste de 30 minutes qu’il faudra multiplier par 6 (ce qui nous donne 3 heures). Après un bref repas où on a mangé ce qui n’était pas du poulet comme annoncé sur le menu. Nous prenons une petite bière avec les voyageurs de l’hôtel. À 21 h, il était temps de dormir après ces 48 heures sans dormir.

Le lendemain matin nous a permis de visiter la cité interdite : une visite impressionnante que je vous conseille de faire en matinée et qui prend environ 3 heures à faire. Nous n’avons pas eu le temps d’aller jusqu’au bout, car il nous fallait partir pour l’aéroport. L’hôtel nous a appelés un taxi et nous avons pu attraper notre vol où les bagages de Rémy nous attendaient. Le vol s’est bien déroulé et…

Pékin-10

 

Finalement nous arrivons à Qingdao…