De Casa à Marrakech

Casa,raba,Marra (7 of 18)

Nous finissons aujourd’hui notre petit périple au Maroc avec les trois villes capitales du pays : Casablanca l’économique, Rabat l’administrative et Marrakech la touristique. Préparez vos poumons par ce qu’ils vont souffrir les pauvres.

Après la courte escale d’une matinée à El-Jadida, nous repartons pour Casablanca : clairement la ville qui m’emballe le moins. Les gens à Casa sont insolents, arrogants, condescendants et le simple fait de traverser la rue est une mission. Je vais paraître un peu excessif, mais selon moi Casablanca représente la pire partie du Maroc. Je pense que c’est en partie pour cela que vous n’allez pas beaucoup la voir dans les pubs d’agences de tourisme. Malgré tout, dans ce chaos urbain, il est toujours possible de faire de superbes rencontres.

 

Casa,raba,Marra (8 of 18)

Je tiens à faire une mini parenthèse pour dire que du point de vue de la photographie, je n’ai pas vraiment été inspiré par ces paysages urbains. Vous allez voir que cet article est beaucoup moins illustré que les deux derniers. Je m’en excuse. D’ailleurs si vous voulez vous plaindre, et bien vous pouvez crier très fort contre votre ordinateur, pas besoin de vous déplacer en personne. Avec un peu de chance, j’entendrais vos voix irritées.

Quoi qu’il en soit, de retour à Casa ! La ville est vraiment moins abordable que les autres villes marocaines à mon goût. En tant que capitale économique, elle est la plus peuplée du pays et ça se sent. Beaucoup de centres commerciaux s’y trouvent, dont le très populaire Morroco Mall. J’ai toujours eu du mal avec ces démonstrations architecturales vides. Le Morroco Mall c’est le summum de cette culture. Un aquarium se trouve au milieu dans lequel plus de 2000 poissons sont morts à cause d’un problème professionnel… Le mall offre à la fois des boutiques du style H & M, qui restent bien trop chers pour la classe moyenne, ainsi que des boutiques de luxe à la Louis Vuitton pour la classe dorée du Maroc. Vous ne m’en voudrez donc pas que je ne fournisse pas de photos. Vous savez comment faire une plainte maintenant.

Mon père ainsi que les membres de ma famille m’ont beaucoup mis en garde par rapport à la sécurité. On m’a très fortement conseillé de prendre des taxis (qui ne coûtent pas grand-chose) même pour les trajets les plus courts. Je n’ai pas forcément mis en application ces conseils et je n’ai pas eu de problèmes en particulier. Au pire des cas, j’ai eu droit à des regards très insistants . Ma réputation de parfait inconnu doit me précéder.

Casa,raba,Marra (1 of 18)

Le moment fort de mon court séjour a été un cours privé de surf pour la coquette somme de 10 € pour deux heures. Je ne fais pas souvent de la pub, mais le service a été extrêmement agréable. Le nom de l’instructeur était Adil, la preuve que l’on avait droit à de la très haute qualité. Notez que notre prix était réduit grâce au fait que nous étions en basse saison. Remarquez que pour un mois de janvier il faisait quand même 22 °C et que nous avions la mer à nous tout seul.

10915065_10153591766094012_5202788950762015955_o

Un après-midi à Rabat

Rabat était la ville que je voulais explorer le plus, mais dont au final, je n’ai pas vu grand-chose. Cela dit, la micro aventure que j’ai vécu à mon arrivée résume bien à quel point ce pays est contradictoire. Histoire de rendre cet article frustrant jusqu’au bout, je n’en parlerai que la semaine prochaine (en même temps que de la police !).

Casa,raba,Marra (3 of 18)

L’après-midi a été extrêmement relaxante puisque nous sommes restés sur un restaurant bateau ou un bateau restaurant si vous préférez. Là où cet après-midi a été intéressant est que nous avons parlé à un ami canadien, installé depuis seulement quelques mois en ville, qui a lancé son propre studio photo/vidéo. Son point de vue était particulièrement rafraîchissant et beaucoup plus ouvert que le mien. Tout ce qui me frustrait le faisait rire. J’avoue qu’il m’a fait remarqué je prenais pas forcément le problème dans le bon sens. Des fois, en voyage il est bon de faire ce genre de pauses et se remettre un peu question. Du coup, j’avais encore plus envie d’explorer le pays, dommage que je partais 2 jours plus tard.

Casa,raba,Marra (2 of 18)

Casa,raba,Marra (4 of 18)

Ville bonus ; Mohammedia

Encore une fois le temps d’une demi-journée, le même oncle qui nous a fait visiter la cité portugaise d’El-Jadida a joué les guides pour nous montrer sa ville : Mohammedia. Située au nord de Casablanca, elle représente, selon moi, tous ses avantages sans forcément avoir tous ses inconvénients. Cela dit, le gros défaut de cette ville est la présence d’une raffinerie sur la côte. Je me souviens étant petit avoir souvent du aller chez le médecin pour obtenir des gouttes pour les yeux. Dommage.

Casa,raba,Marra (6 of 18)

Casa,raba,Marra (5 of 18)

Casa,raba,Marra (17 of 18)

Matinée expresse à Marrakech

Comme notre vol de retour était en début d’après-midi à Marrakech, nous avons décidé de partir à 6 heures du matin pour avoir la chance de visiter un peu la place Jemaa El Fna. J’étais assez content d’y aller puisque nous étions en hiver. Visiter à ce moment de l’année présente un double avantage par rapport à l’été : 1. Il n’y a pas trois millions de touristes et 2. il ne fait pas 50  °C le jour et 40 °C la nuit.

Casa,raba,Marra (11 of 18)

Un autre point intéressant, pour notre dernier jour au Maroc, il pleuvait. Nous avons eu de la chance durant ce voyage puisqu’au pire des cas il ne faisait que grisâtre. Mais là, il y avait de grosses averses (assez grosses pour provoquer des inondations dans certains coins du pays). D’un point de vue photographique, cela a donné une ambiance que j’appréciais particulièrement.

Casa,raba,Marra (10 of 18)

Casa,raba,Marra (16 of 18)

Casa,raba,Marra (15 of 18)

Casa,raba,Marra (14 of 18)

Casa,raba,Marra (13 of 18)

Casa,raba,Marra (12 of 18)

Et voilà ce petit périple marocain est terminé, rendez-vous la semaine prochaine pour un article technico-pratique d’un niveau de postdoctorat. Un petit like sur ma page Facebook serait apprécié puisque ça m’aide beaucoup. En attendant, je vais traiter vos plaintes…