Direction mon premier camp de base !

Après le reportage des chasseurs de miel, j’étais aussi bien fatigué mentalement que physiquement. J’avoue que l’idée de me réveiller et entreprendre près d’une semaine de marche, à raison de 8 h par jours pour atteindre 4000 m d’altitude, ne m’enchantait guère. Le matin à 6 h, j’avais deux choix : tourner à gauche et me rendre vers les montagnes ou tourner à droite et rentrer à Pokhara. Je tourne à gauche.

L’ensemble du trek est à l’image de mon départ, je ne me pose pas de questions et je marche. Quand je me fixe un objectif, je l’atteins no matter what. Gardez à l’esprit que je vous raconte cette histoire une fois la marche terminée. Parce que je peux vous dire que, le premier jour de trek, je ne faisais pas du tout le fier.

Mon but pour cette première journée est d’atteindre le village de Sinuwa. Avant cela, il faut que je me rende à Chomrong. Première étape New Bridge, se rendre là à partir de mon village de chasseurs de miel est une partie de plaisir, mais c’est aussi à partir de là que la torture commence. Bien que pour se rendre à Chomrong de Sinuwa, il n’y a que 4 km de marche, il faut aussi grimper près de 1000 mètres d’altitude. Pour parler de manière concrète, cela veut dire 3 heures de marche et pas les marches à l’occidentale super régulières et petites, si vous voyez ce que je veux dire.

Newletter 4 (1 of 11)

Une fois à Chomrong, la bonne nouvelle est que je vois Sinuwa et que ce n’est pas si loin que cela. La mauvaise nouvelle, c’est je dois redescendre jusqu’à la rivière où j’étais trois heures plus tôt et remonter un extra 200 mètres d’altitude.

Vive le plat à la népalaise !

De Sinuwa à Deurali, promenade dans une forêt mystique 

La soirée à Sinuwa était des plus plaisantes (malgré que, sans le savoir, j’entamais une série de 3 nuits incapable de dormir à cause de l’altitude) ; j’ai rencontré plusieurs de voyageurs qui, comme moi, étaient indépendants. On allait se rencontrer dans les différentes haltes. On est vraiment jamais seul quand on voyage « seul ».

Newletter 4 (2 of 11)

Une fois passé Sinuwa, la marche devient extrêmement belle et agréable. Pendant toute une journée, on avance dans la vallée entre les montagnes au milieu d’une ancienne forêt avant de remonter tranquillement. J’ai l’impression de voler aujourd’hui puisque j’ai laissé près de 10 km de matériel/vêtements à Sinuwa. Mon seul regret est de ne pas les avoir laissés à Chomrong à la place.

Newletter 4 (1 of 2)

Mon but était d’atteindre le camp de base de l’Annapurna, mon objectif final, la journée même. Malheureusement, à cause du mauvais temps, j’ai dû m’arrêter à Deurali. Marcher dans le brouillard, sous la neige et de nuit au milieu des montagnes, n’est pas la chose la plus responsable à faire, même pour moi.

Newletter 4 (6 of 11)

Newletter 4 (7 of 11)

Newletter 4 (5 of 11)

Une journée au camp de base de l’Annapurna

La marche de Deurali au camp de base était super agréable. Un petit 3 h 30 où l’on rentre dans les montagnes et plus on avance, plus la vue est magnifique. À cause de la brume de la veille, je découvre totalement les lieux. De plus, une fine couche de neige recouvre le sol pour mon plus grand plaisir de photographe.

Newletter 4 (4 of 11)

L’arrivée au camp de base se fait en début d’après-midi et bien que tout le monde décide de s’arrêter et relaxer, il est hors de question pour moi de rester dans le village. Je prends un thé et repars à l’exploration de la zone et décide de monter encore plus haut. Décision que je ne regrette pas une seule seconde parce que je sais que beaucoup de personnes n’auront pas eu la chance de voir ce que j’ai vu. Tout d’abord, j’ai réussi à trouver l’endroit où j’allais me placer pour des photos du lever de soleil sur les montagnes. Ensuite, un immense glacier se cache derrière une colline.

Newletter 4 (2 of 2)

La nuit a été blanche à bien des égards ; à cause des nuages il n’y aura pas de photos des étoiles à mon plus grand regret et bien évidemment je n’ai pas dormi. Le bonus est qu’à cause de l’altitude mes piqures d’abeilles à la tête m’ont torturé toute la nuit.

Pour ce qui est du lever de soleil, il valait les 4 jours de montée.

Newletter 4 (10 of 11)

J’étais prêt à rester 2 jours de plus au besoin. Mais vu que ce n’est pas nécessaire, je peux entreprendre un bon 11 heures de marche pour retourner directement à Chomrong : 3 jours de montée en 1 jour de descente !