Un pays contradictoire

J’ai décidé aujourd’hui d’écrire un texte, un peu plus sérieux que les autres, sur des réflexions que j’ai eu pendant mon séjour au Maroc. Étant donné que c’est mon blog, je vais me permettre de ne pas être objectif et vous donner mon avis. À mon sens, le Maroc est un pays de contradictions et je vais vous dire pourquoi.

Maroc (2 of 3)

Avant de rentrer dans le vif sujet, je veux vous rappeler que cela faisait quand même un moment que je n’avais pas voyagé. Ma perception a pu être un peu altérée par ce manque de voyages. Aussi, comme vous le savez, ma famille est marocaine et avec les « problèmes » que j’ai eus et que j’ai encore avec cet héritage, mon point de vue reste d’être assez différent de celui que d’autres pourraient avoir.

La pollution

Le Maroc connaît une croissance qui rendrait jaloux plusieurs pays d’Europe. Malheureusement, cette croissance se fait au détriment de beaucoup d’autres aspects. La classe moyenne ne semble pas du tout en profiter. L’environnement est quant à lui laissé de côté.

Anathalie (8 of 8)

Si on ne parle que d’environnement, ça fait extrêmement mal au cœur de voir à quel point cela semble être le dernier des soucis. Aussitôt que l’on s’éloignedes sites touristiques, il y a un nombre incroyable de déchets partout. Le camouflage des déchets est vraiment commun. D’ailleurs quand le roi est de passage dans une ville, les rues dans lesquelles il passe sont réparées, nettoyées et les façades des immeubles sont repeintes (mais uniquement les facades, pas les trois côtés du bâtiment). Je parle d’expérience, ils avaient fait ça avec la maison de mes grands parents.

C’est dommage de voir que même dans les coins les plus reculés, nous trouvions encore des déchets. Je sais que demander cela à un pays, qui n’a pas encore passé sa phase industrielle, est un peu hypocrite, mais il reste que ça fait mal de voir à quel point l’environnement semble être la dernière des priorités. Les animaux sauvages sont aussi délaissés malheureusement.

 

Anathalie (7 of 8)

La police

Comme vous avez pu vous en douter au cours des derniers articles, j’ai une dent contre la police marocaine. Juste avant de partir au Maroc, un scandale a éclaté à Montréal.La police avait des quotas à respecter par rapport aux amandes qu’elle devait distribuer. Ce n’est absolument rien en comparaison au Maroc.

Anathalie (3 of 8)
Dans ce pays, de nombreuses personnes voulant devenir policiers ne le font pas par morale ou pour le salaire, mais bien pour l’argent. Cette dernière phrase sonne étrange je le sais, mais vous allez comprendre. Cet argent est perçu via la corruption ou comme on dit dans les pays arabes (le mot est perse à la base, cela dit) : le « Baksheesh ». On paye, l’agent corrompu, une petite somme d’argent pour éviter de payer une amende. L’argent ira dans les poches du dit agent. Bien sûr, ces flics corrompus ne sont pas légion, mais restent assez nombreux pour vous poser des problèmes assez régulièrement.

Comme vous avez lu dans ce texte,  j’ai eu des problèmes à la frontière en arrivant. Et bien, figurez-vous que j’en ai aussi eu au départ,  le douanier m’a posé bien plus de questions qu’à ma copine… Autrement, nous avions aussi quelques soucis sur les longs trajets en voiture. Mon père, qui est loin de rouler sur l’or, possède un 4×4 : un Hyundai donc rien de fou. Malgré tout, sa voiture reste un modèle au-dessus de la moyenne de ce que les gens peuvent s’offrir. Et bien je suis prêt à mettre ma main à couper que c’est un des facteurs principaux pour lesquelles on se faisait arrêter aussi souvent. Car oui, si la personne a les moyens de s’acheter une voiture de ce style, il aura probablement assez pour donner un petit 200 dirhams (20 € environ) pour ne pas se prendre une plus grosse amande.

D’ailleurs, certains Marocains ont en eu tellement marre qu’ils ont décidé de faire ce qu’il y avait de mieux à faire : filmer les flics corrompus et mettre ça sur internet pour les dénoncer. Ces citoyens ont réussi à créer un scandale au Maroc. Malheureusement, ils n’ont pas vraiment réussi à endiguer le phénomène puisque les policiers n’ont seulement qu’à se cacher à l’abri des regards pour continuer à extorquer d’honnêtes personnes.

Maroc (3 of 3)

Un autre point est que, à cause de mes origines et de mon nom, j’avais droit au même statut que les Marocains. Cette politique hypocrite est celle qui me frustre le plus. Par exemple, lors d’un contrôle de police, si je possédais de l’alcool sur moi, je risquais d’avoir de sérieux problèmes. En revanche, si j’étais en compagnie d’un ami « blanc », là il n’y avait aucun problème. C’est pour ces raisons que je n’ai jamais voyagé au Maroc durant le mois de ramadan…

Cela dit, j’assume que, par nature, la majorité de mes lecteurs ne sont pas d’origines arabes et par conséquent vous n’aurez pas à vivre les mêmes mésaventures que moi. Certains des policiers marocains que j’ai rencontrés au cours de ma vie (rappelez-vous : j’y allais annuellement avant de venir vivre au Canada) étaient absolument des anges : serviables, aimables et sans aucune mauvaises attention. Il y en avait d’ailleurs un qui voulait me sortir dans des bars pour me présenter des filles. Mais ça, c’est une autre histoire.

 

Maroc (1 of 3)

Voyager ou non l’hiver ?

Pour parler un peu de voyage, et vu que je passe à un autre pays la semaine prochaine, je voulais parler de mon expérience générale sur le pays au mois de janvier. Le Maroc c’est cool en hiver, mais pas optimal. Pour faire simple, voici les avantages et LE seul inconvénient qu’il y a à voyager au Maroc en hiver.

Avantage :

1.    Il y a très peu de touristes

2.   Il fait très bon durant la journée : il faisait entre 15 °C et 23 °C

3.   Vu qu’il pleut de temps en temps, les paysages sont beaux et luxuriants.

4.   Les prix sont sensiblement moins élevés qu’en été.

Inconvénients :

  1. Il fait froid la nuit et les maisons sont très mal isolées, au point qu’il fait même plus chaud dehors dans certains cas.

Anathalie (4 of 8)

Les Marocains sont cools !

Pour finir sur une note positive, puisque je me suis pas mal plaint dans ce texte. Beaucoup de Marocains étaient vraiment agréables et gentils. À un moment, nous attendions des amis qui devaient venir nous chercher et avions besoin d’utiliser un téléphone. Non seulement le premier à qui nous avions demandé d’emprunter son téléphone nous l’a prêté sans hésiter, mais en plus de cela, il nous a même proposé de nous déposer là où nous allions. C’est vraiment quelque chose que je voulais mentionner. Si vous passez un minimum de temps de temps au Maroc et que vous vous intéressez à cette culture, vous ne serez pas déçu.

La semaine prochaine on traverse la manche pour aller dans un pays où on boit de la bière à n’importe quelle heure de la journée. Bon j’avoue que ça ne vous en dit pas plus…

Anathalie (2 of 8)