Un voyage pour commencer ma carrière

Un petit article d’autopromotion et non je n’ai pas honte. Ma campagne de financement a commencé et j’ai besoin de l’aide de tout le monde ! Dans cet article je vous explique un peu plus les raisons de ce voyage et pourquoi j’ai décidé de me lancer dans cet aventure du crowdfunding!

Note: la campagne s’est bien déroulée et est réussie ! 

 Kisskissbank Banière

*Photo de Roger Stonehouse, cliquez dessus pour vous rendre sur la page de la campagne. 

J’ai pour habitude de ne pas trop parler de mes projets. Plusieurs raisons en sont la cause. La première est que je ne veux pas être jugé (que ça soit positif ou négatif) afin que je n’altère pas l’essence du dit projet. La seconde est que je ne veux pas, en cas d’échec, avoir à me justifier ou montrer un manque de sérieux. C’est exactement ce qui s’est produit lors de mon dernier voyage en Australie : je n’étais pas préparé et le voyage a avorté.

Malgré tout, j’ai décidé de faire une exception et vous en parler aujourd’hui de ce qui risque d’être le voyage le plus important de ma vie, et que je prépare depuis de nombreux mois. Je fais aussi une exception en mettant des photos sur ce blog qui ne sont pas les miennes. On peut dire que cet article est collector !

Une petite mise en contexte

Comme vous le savez probablement, mes trucs dans la vie sont le journalisme et la photographie. Respectivement placés 9ème et 1er dans les métiers que tout le monde rêve faire, ils viennent quand même avec un contexte peu souvent mentionné puisque j’assume que peu de personnes ne sont au courant ou ne comprennent pas exactement ce qu’il s’y passe. La réalité est que ces deux mondes (du journalisme et de la photographie) sont en plein bouleversement depuis l’arrivée d’internet et de la technologie digitale en général. Concrètement, tout va plus vite et le pire dans tout cela c’est que les moyens sont grandement diminués. Je ne vais pas parler de tout ce que ça engendre sinon l’article va faire 20 pages Word, mais ce que ça veut dire pour moi c’est qu’il est devenu extrêmement difficile d’intégrer un média à l’heure actuelle.

Le voyage comme solution

Comment trouver du travail alors qu’on ne me laisse pas l’occasion de faire mes preuves ? C’est à cette question que j’ai réfléchi au cours de la dernière année. Trouver une façon d’accomplir mon rêve : devenir photoreporter. Le voyage s’est avéré être la solution logique. Aussi bien à l’écrit qu’en photo, c’est dans les reportages que je suis le plus à l’aise et c’est tout simplement ce qui m’intéresse le plus. Alors si vous êtes un peu intéressé par la blogosphère, vous ne saurez oublier une personne qui a décidé de partir voyager pour devenir reporter. Bien que son idée est la même que la mienne, elle présentait quelque failles : la preuve est que son voyage a duré 1 an et quelques au lieu des sept années qu’il avait avancé. En essayant de rester objectif, je pense que son manque de formation a été handicap puisque plusieurs de ses articles étaient plutôt maladroits et ressemblaient plus à une écriture adaptée à un blog plutôt que journalistique. Cette situation ne devrait pas m’arriver grâce à mes formations en journalisme et en relations internationales.

Notez que ce blogueur produit d’excellents articles tout à fait intéressants malgré tout n’est pas de casser du sucre sur son dos.

En revanche, il est drôle de constater que le chiffre sept revient aussi dans mon cas puisque je ne vais pas partir sept ans, mais je vais effectuer sept reportages. Je vais être franc avec vous et vous dire qu’il y a une possibilité que je ne les réalise pas tous, je risque d’en sauter un afin de ne pas affecter la qualité des autres. Bien sûre je suis dans l’hypothèse parce qu’il est difficile de prévoir ce qu’il va se passer. C’est à travers ces reportages que je compte lancer ma carrière. Dans le meilleur des cas, j’arrive à les vendre, dans le pire, j’aurais un porte-folio assez solide pour me vendre auprès des médias. Ces reportages commenceront dans la jungle du sud de l’Inde et m’emmèneront jusqu’aux sommets enneigés de l’Himalaya.

Vous comprenez ainsi pourquoi ce voyage est probablement le plus important de ma jeune vie. Non seulement je joue ma carrière, mais aussi ma réputation en rendant ce projet public. L’investissement personnel, physique et financier devient assez conséquent. Cela dit, grâce au support moral que je reçois ainsi qu’à l’engouement vis-à-vis du projet je pense de bonnes choses en sortiront !

Ma campagne crowdfunding 

Je reconnais que j’ai très longtemps pensé avant de me lancer dans cette aventure. Le côté mendicité m’a quelque peu dérangé. Je trouve cela assez dérangeant de lire des blogs dont la fin des articles ou la colonne de droite demande la générosité de ses lecteurs avec pour seul retour de continuer à faire ce qu’ils ont toujours fait quoi qu’il arrive. Cela dit l’idée est pas mal dans le cas de campagnes de dons pour des organismes par exemple comme d’autres blogs le proposent. Cette option est clairement considérée sur le long terme pour ce blog. À l’heure actuelle, je n’ai clairement pas assez de lecteurs (ce n’est pas du tout lié au fait que je poste un article tous les trois mois, non).

Bref, revenons à nos moutons. C’est suite à un concours pas du honnête que j’ai commencé à révéler une partie de mon voyage (le reportage des chasseurs de miels). À défaut d’avoir perdu mon temps, cela m’a permis de constater un gros enthousiasme par rapport au projet. Les gens étaient intéressés par ce qu’il allait se passer et certains demandaient même comment ils pouvaient m’aider. C’est à partir de ce moment que le crowdfunding est devenu option à considérer.

Après plusieurs heures de brainstorming (essentiellement consacrées aux contreparties), je suis enfin arrivé avec le lien partagé plus haut. Juste au cas où vous ne l’aviez pas vu le voici :

http://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/modernite-vs-tradition-a-la-decouverte-de-l-inde-et-du-nepal

Ainsi, si le projet vous intéresse je vous invite à donner ce que vous pouvez. Si vous avez des questions, suggestions n’hésitez pas à les poser : je veux être le plus transparent possible.

 

Peace !

 PS:J’en profite pour dire que ma page facebook devraient arriver TRÈS bientôt ! Plus de nouvelles avant la fin de l’année !